Les dialogues de Lou : une nouvelle expérience à partager !

Le témoignage

où l’on s’interroge sur la réalité puisque la vérité n’est autre que la réalité partagée


image autre histoire

"Cette voiture venait de droite
- Mais non elle venait de gauche
- De droite je vous dis
- Vous étiez à gauche
- Par rapport à vous oui
- Ah, je comprends, la voiture venait de cette rue-ci
- Et le conducteur était à gauche
- Vous êtes sûr ? Moi je l'ai vu à droite
- Vous voulez dire sur la chaussée ?
- Non, dans la voiture
- Ah oui, moi je disais sur la chaussée, sur la chaussée il roulait à gauche
- Mais son volant était à droite, comme un anglais
- Effectivement les anglais ont le volant à droite
- C'est ce que je disais ; donc il s'agissait d'un anglais qui conduisait sur la gauche de la chaussée
- Qu'il soit anglais, nous pouvons le supputer mais nous n'en sommes pas certains. Avez-vous vu l'immatriculation de la voiture ?
- Ah, non c'est vrai ; mais de toute façon ceci nous aurait renseigné uniquement sur la nationalité de la voiture pas sur celle du conducteur
- Sauf qu'il n'y a pas qu'en Angleterre que les voitures n'ont pas le volant à gauche
- C'est exact, en Malaisie et au Japon aussi, par exemple. En tous les cas l'homme qui conduisait roulait à gauche alors qu'il aurait du rouler à droite.
- Vous avez raison, sauf que c'était une femme
- Ah non c'était un homme
- Elle avait les cheveux longs
- Oui mais c'était un homme tout de même
- Avec les cheveux longs ?
- Oui, c'était un homme avec des cheveux longs
- Et comment vous avez vu cela, il avait une barbe ?
- Non, il avait un costume
- Mais les femmes aussi peuvent porter des costumes
- Oui mais lui c'était un homme avec les cheveux longs qui portait un costume
- Eh bien moi j'ai vu une femme, avec les cheveux longs qui portait un tailleur. Vous vous y connaissez en costumes et en tailleurs ?
- Oui, un tailleur c'est différent d'un costume
- Ah oui ?
- Un tailleur a une jupe et un costume un pantalon, vous ne pouviez pas voir sa jupe
- Non effectivement ce n'était pas possible, il aurait fallu que la porte de la voiture soit ouverte et elle était fermée
- Alors comment pouvez-vous dire que c'était un tailleur et non pas un costume ?
- Elle ne portait pas de cravate
- Je suis d'accord il n'avait pas de cravate, mais un homme en costume n'est pas obligé de porter une cravate, surtout s'il a les cheveux longs
- Nous avons pourtant vu la même chose
- Au niveau du sexe du conducteur effectivement en tous les cas
- Enfin du genre vous voulez dire
- Du sexe, vous dites avoir vu une femme et moi je dis avoir vu un homme
- Vous n'avez pas vu son sexe
- Eh bien non évidemment
- Donc vous ne pouvez pas dire que son sexe était masculin
- Et vous que son sexe était féminin
- Non, mais je ne le dis pas, je dis que son genre était féminin mais pas son sexe, son sexe je n'en sais rien
- Bon d'accord, le conducteur était de genre masculin
- En même temps avec les cheveux longs c'est qu'elle était plutôt de genre féminin
- Parce que vous pensez que les hommes euh pardon les personnes de genre masculin ont les cheveux courts et que les autres, pour faire bref, ont les cheveux longs
- Cela fait partie des critères de différenciation effectivement
- Et vous n'avez jamais rencontré de femmes avec les cheveux courts ?
- Si bien sûr
- Alors vous voyez !
- En tous les cas notre conducteur était une conductrice, elle avait les cheveux longs, conduisait à droite et à gauche et portait un tailleur dont on ne voyait pas la jupe.
- Pour moi le conducteur avait effectivement les cheveux longs, il conduisait effectivement à gauche et à droite mais il portait un costume.
- Et elle est allée sur sa droite
- Sur notre gauche
- Par cette rue là
- Il roulait très vite
- Oh oui au moins à soixante dix
- Pour moi c'était plutôt cinquante, mais nous pouvons dire soixante, si vous voulez
- Non, ou c'est cinquante ou c'est soixante dix, nous ne prouvons pas transiger une réalité
- Vous avez raison : cet homme roulait à soixante dix !
- Vous vous moquez de moi, cette femme roulait à cinquante !
- Que préférez-vous, que ce soit une femme et qu'elle roule à cinquante ou bien que ce soit un homme et qu'il roule à soixante dix?
- Vous voulez me faire choisir entre deux demi-réalités !
- Du coup il y en aura au moins une des deux qui sera vraie !
- Non ! Moi je vous dis que c'est une femme qui roulait à soixante dix, la réalité c'est ça.
- Vous vous trompez ! C'est dommage, ensemble nous aurions pu définir une réalité commune.
- Le fruit d'un consensus, vous voulez dire ?
- On peut le dire comme ça !
- Non la réalité c'est la réalité, nous ne pouvons la déformer pour nous accorder, la réalité est au dessus de tout.
- Vous ne pouvez pas m'imposer non plus votre réalité comme étant La réalité. Par exemple si je vous dis que la voiture était bleue c'est qu'elle était bleue !
- Ah ! eh bien justement elle n'était pas bleue elle était verte foncée !
- Verte foncée, bleue, tout ça c'est un peu pareil
- Ah non, cela n'a rien à voir.
- C'est ce qu'on dit. Mais pour moi, bleu et vert foncé, il n'y a pas vraiment de différence.
- Ce n'est pas parce que pour vous ces deux couleurs sont identiques que dans la réalité elles le sont.
- Dans la réalité ... dans la réalité ... vous voulez dire que pour la plupart des gens le bleu et le vert foncé sont des couleurs très dissemblables ?
- Oui pour le commun des mortels ! C'est cela La vérité, cette voiture était vert foncé pour la majorité des gens même si vous, vous la voyez bleue.
- La majorité des gens, c'est vous qui le dites ! en fait ce qui serait intéressant c'est de savoir comment l'homme qui conduisait cette voiture en nommait la couleur ? Mais il s'est enfuit.
- C'est vous qui le dites !
- Quoi ?
- Que la conductrice s'est enfuie
- Eh bien oui, sinon elle serait là !
- C'est votre conclusion mais ce n'est pas forcément la réalité. Peut-être n'a-t-il fait que continuer son chemin ! Je vous rappelle que nous ne faisons que témoigner des circonstances de l'incident, de retranscrire la réalité des évènements tels qu'ils se sont passés
- Nous sommes d'accord là-dessus. Ceci dit, moi je parlerais plutôt d'un accident que d'un incident.
- Tiens donc !
- Il y a eu une personne renversée !
- Renversée, je ne sais pas, mais qui était à terre après le passage de la voiture, je vous l'accorde. Vous l'avez vue être culbutée par la voiture ?
- Euh ... non ... mais elle était sur ses jambes avant que la voiture passe
- Je ne l'ai pas vue, mais je suppose que si elle avait été à terre avant que la voiture passe, je l'aurai vue, oui
- Et elle était couchée au sol après que la voiture soit passée
- J'en conviens
- Nous pouvons donc en conclure qu'elle a été renversée par la voiture
- Nous pouvons avec une certaine facilité conclure cela mais nous ne l'avons pas constaté, donc nous ne pouvons pas dire que c'est la vérité ; nous ne l'avons pas constatée, il y a d'autres possibilités comme par exemple que cette personne ait fait un malaise au moment précis où la voiture passait devant elle, c'est possible n'est-ce pas ?
- C'est possible, oui.
- Nous pourrions donc autant admettre que la vérité est que la personne a eu un malaise !
- L'hypothèse que cette personne a été renversé par la voiture est tout de même la vérité la plus probable en tous les cas. D'autant qu'il m'a semblé entendre un bruit.
- Un bruit ?
- Oui, un bruit.
- Quel bruit ?
- Le bruit de quelqu'un renversé par une voiture.
- Mais vous n'auriez pas vu la voiture et vous n'auriez pas vu la personne au sol après le passage de celle-ci, auriez-vous pu affirmer que le bruit était le bruit de quelqu'un renversé par une voiture ?
- Certes, cela m'aurait été plus délicat.
- La vision de la voiture et de la personne a terre vous a fait conclure que le bruit était celui de quelqu'un renversé par une voiture.
- Non, pas exactement, cela m'a juste aidé à le faire dans un bref délai. Sinon, il aurait fallut que je recherche dans tous les bruits que je connais pour pouvoir l'identifier avec précision.
- Moi je n'ai rien entendu.
- Ah.
- Ou plutôt, si, maintenant que j'y repense j'ai entendu un bruit, ou plus exactement un cri, un prénom que l'on crie.
- Ah oui
- C'était " Maurice ", oui, c'est ça, j'ai entendu quelqu'un crier " Maurice ".
- Et c'était avant ou après le choc ?
- Comment voulez-vous que je vous dise ?! Moi je n'ai pas entendu de bruit de choc.
- La logique serait que le cri ait été prononcé juste avant le choc.
- C'est logique effectivement, mais nous ne pouvons pas l'affirmer puisque aucun de nous deux n'a entendu les deux bruits concomitamment.
- Nous pourrions vérifier déjà que la personne qui a été renversée s'appelle bien Maurice.
- Je ne sais pas si elle a été renversée, mais si elle s'appelle Maurice, cela raffermirait votre thèse sauf que l'on ne nous demande pas de proposer des thèses et des hypothèses, on nous demande simplement de témoigner de la vérité qui s'est déroulée devant nous.
- Vous avez tout à fait raison, mais pour pouvoir définir avec la plus grande probabilité quelle est la réalité de ce qui s'est passé devant nous, il peut être aidant d'utiliser des raisonnements qui nous permettent d'affiner ce que nos sens nous ont révélé.
- Bien sûr, bien sûr. Sauf que la réalité n'est pas issue d'une probabilité, la réalité il n'y en a qu'une, elle est cent pour cent réelle. En tous les cas il n'y avait pas de sang
- Je vous l'accorde, pas de sang sur le corps de la victime, ni sur le sol, mais peut-être la victime a-t-elle été commotionnée.
- Il est sûr que si une observation médicale révélait que la personne au sol a été commotionnée, on pourrait plus facilement conclure qu'il a s'agi d'un accident.
- Moi je suis certain que c'est un accident et du reste voilà les pompiers.
- Vous entendez des pompiers ?
- Ah oui, les voici, ce ne sont pas les pompiers du reste, c'est un camion militaire
- Un camion militaire rouge ?
- Conduit pas des femmes
- Conduit par des femmes ?
- En pantalon
- Comment pouvez-vous savoir qu'elles sont en pantalon ?
- Les femmes militaires ne portent des jupes qu'en représentation.
- Ah il est passé sans s'arrêter
- C'est bien la preuve : s'il avait s'agit d'un camion de pompier, il se serait arrêté
- Sauf s'il était appelé sur un autre incident

Le policier :
- Bonjour Messieurs
- Bonjour Monsieur
- Bonjour Monsieur
- Pouvez-vous témoigner de ce qui s'est passé s'il vous plait ?
- Bien sûr
- Nous avons vu une voiture anglaise
- Ou malaisienne
- Conduite par une personne de sexe indéterminé et de genre masculin
- Ou féminin
- Qui portait un costume
- Ou un tailleur
- Avec un pantalon
- Ou une jupe
- Cette personne avait les cheveux long et ne portait ni cravate ni barbe
- Nous sommes d'accord !
- Elle conduisait à gauche
- A la place de droite
- Et est passée devant la personne que l'on voit à terre à une certaine allure
- Entre cinquante et soixante dix kilomètres heure
- et qu'elle l'a manifestement renversée puisqu'avant le passage de l'automobile la personne était debout
- Sauf preuve du contraire
- et qu'elle s'est retrouvée au sol après la passage du véhicule
- Ca on est d'accord
- On a entendu le choc
- Monsieur a entendu ce qu'il a conclu comme étant le bruit d'un corps percuté par une voiture
- Juste avant on a entendu quelqu'un crier un prénom : " Maurice "
- Oui c'est moi
Le policier :
- Vous êtes Maurice ?
- Non c'est moi qui ai entendu, mais je ne saurais dire si c'était avant ou après que Monsieur ait entendu le bruit dont il parlait.
Le policier :
- Ah bon ... Et c'est tout
- Oui, sauf la voiture de militaires
- Des pompiers militaires peut-être
- Mais comme elle ne s'est pas arrêtée, on n'en parlera pas.
- Je vous remercie, Messieurs, votre témoignage m'aura été vraiment très utile
- Il n'y a pas de quoi
- Quand on peut se mettre au service de la Vérité. "
Fleche vers le haut de page  


Pour contacter l'auteure :
Retour à l' accueil - si cette page n'est pas affichée correctement : cliquez ici - Date de la dernière mise à jour : le 17/09/2015 -